corpet
gare-ta
blanc-misseron
buffaud

Ars - Amberieu


Amberieu - Ars afficher une carte plus grande

La gare de bifurcation sur la ligne Francheville - Bourg, après que la bifurcation a été déplacée de la gare d'Ars-sur-Formans pour que la ligne Francheville - Bourg puisse continuer de manière droite.
À travers d'Ars il n'y a plus de trace de la ligne. La gare d'Ars était situe à gauche à l'entrée du village. Rien n'est visible. À l'issue il y aurait de la place pour une ligne en accotement.
À Savignieux il n'y a plus des traces non plus. Ambérieux-en-Dombes était traversé au milieu de la route. Le bâtiment de la gare existe encore. Ensuite, la ligne suivait la route. Il y avait une halte à Lapeyrouse. Le contounement du village de la nouvelle route a été construit sur l'ancienne tracé. Il n'y a plus de trace du bâtiment de la halte.
On s'y rend à la gare de Villars-les-Dombes de la ligne Lyon - Bourg-en-Bresse, à l'époque PLM, aujourd'hui SNCF.
La gare tu tramway se trouvait une petite centaine de mètres à part. On la voit guère, si ce n'est pas par le pont sur les voies.
Vue vers Bourg. En arrière plan devant les silos, le tramway traversait les rails du PLM sur un pont métallique. Derière les arbres à gauche le terrain est un peu élèvé, mais couvert par des nouvelles maisons.
Après avoir franchi la route en direction de Bourg, la ligne contournait la ville. Une rue en courbe suit l'ancien tracé.
Au lieu de ce château d'eau la ligne joignait la route vers Chalamont en courbe serrée pour la suivre en accotement.
À plusieurs endroits l'espace d'accotement est toujour là.
Tout droit on s'aproche de Chalamont.
La gare est situé au dessus du centre ville.
Une gare de première classe.
On suit l'ancien ramblai dans le flanc de la colline.
Au fond il a été enlevé. La ligne tournait en large courbe vers la gauche pour retrouver la route vers Ambérieu-en-Bugey.
Les anciennes traverses ont trouvé une nouvelle destination.
La gare est située derrière les arbres au fond de la colline. La ligne continuait vers la gauche pour retourner vers le sud.
Elle traversait la dépression peu profonde au millieu de ce photo ...
... les arbres marquent l'ancienne ligne, qui faisait en suite deux boucles pour reganger l'altitude du plateau.
Par la route on est monté sur le plateau visible en arrière plan à gauche sur la photo précédente. Cependant, l'ancienne ligne fesait une boucle en forme d'un S pour gagner l'altitude du plateau. La petite ondulation du terrain vers nous au milieu de la photo marque la position de la ligne se dirigeant vers la route ...
... pour la suivre après en accotement jusqu'à la decente vers la vallée de l'Ain.
À l'endroit où la route commence à déscendre, sur un petit carrefour, la ligne sortait l'accotement pour descendre en site propre en faisant deux larges boucles. Voici le debut de la première boucle.
Bien visible et conservée mais couvert de végétation on descend en courbe large.
En suite un remblai, inpénétrablement couvert des broussailles épaisses.
Vue en arrière vers la boucle en tranchée.
La ligne joignait la route au fond pour la traverser sur premier plan.
On conserve le mémoire.
Ensuite la deuxième boucle, à nouveau en site propre.
Cette fois ci en forme d'un chemin non-goudronné ...
... et couvert d'herbes.
Après la boucle on se dirige vers l'est, vers Châtillon-la-Palud et le pont sur l'Ain.
Vue en arrière vers le "tunnel en vert".
On suit le flanc avec une belle vue vers la montagne du Haut-Bugey.
Au fond les mainsons de Ambérieu-en-Bugey et Ambronnay. À l'époque on pouvait s'y rendre en train. Au temps magnifique comme aujourd'hui on fait le traject probablement aussi vite en vélo qu'à l'époque sur les rails. Mme et M. tout-le-monde doit utiliser l'appareil à quatre roues.
On joint une rue goudronnée avec des nouvelles maisons qui utilisent l'ancienne voie comme chemin d'access.
La rue en bas, proche de la route principale.
Et voici, les habitants savent encore quel était le passé de leur chemin.
À l'endroit de l'ancienne halte vue en arrière vers la montée au fond.
Le même endroit vers le pont. La place de la gare/halte se trouvait sur le parking.
La maisonette est nouvelle. Elle a dû remplacer l'ancienne. Ensuite la ligne empruntait le pont avec la route et traversait Saint-Maurice-de-Rémens pour arriver à la gare d'Ambérieu-en-Bugey, à l'exception des emprises de la gare d'Ambérieu toujours en accotement. Il n'y a plus des traces. La gare de Saint-Maurice n'existe plus.
Voici les bâtiments de la gare d'Ambérieu. Parmi eux il y a peut-être aussi un du Tramway d'Ain.
Plusieurs maisons pourraient être des halles transformées.

bernhard p lang a gmx p ch
Last modified: 0000-00-00 00:00:00