corpet
gare-ta
blanc-misseron
buffaud

Tram Bellegarde-sur-Valserine - Chézery-Forens

Voici la première trace et un des deux ouvrages le plus importants datant encore de l'époque, le "pont du tram" à Bellegarde. Il est emprunté par la route aujourd'hui.
En quittant le pont, la voie du tram prenait une courbe très serrée vers la gauche pour quitter la route et en suit suivre son chemin en site propre jusqu'au deuxième ouvrage important, le pont de pierres qui enjambe ja Valserine entre Confort et Montanges.
Tout de suite on commence à monter en courbe droit.
Vue en arrière, la maisonette était-elle peut-être une halte?
Après quelques maisons au bord de l'ancienne plateforme on se retrouve sur un chemien non-goudronné.
On suit la route en contrebas.
Vue en arrière vers les dernières maisons.
Ca grimpe bien, trop pour un chemin de fer en adhésion. Probablement on a modifié un peu la plateforme ...
... pour attirer l'attention du publique et installer quelques places de stationnement pour les randonneurs.
On vera les installations qui correspondent au bord de l'ancien ligne.
Même l'arrêt de bus appelle la memoire du passé
Allez, ...
... c'est parti.
On suit la route en courbe serrée pour franchir un torrent par un remblai.
Toujours quelque mètres en contrebas de la route vers Lancrans on continue à monter en rampe forte dans la pente.
Passage à niveau avec une route secondaire descendante.
Vue en arrière. La voie du tram sort de la forêt au millieu de la photo.
Les installations éléctriques sont toujours là, bien qu'il ne servent plus au tram.
Par terre on s'aperçoit que le chemin avait un autre passé qu'un parcours de randonné.
Même des espèces de traverses on retrouve.
Une petite clairière donne la vue sur un barrage dans la Valserine. Le canal guide l'eau vers une usine ou station éléctrique, c'est probablement par là où se trouvait l'alimentation de la ligne du tram. Il y en avait plein des moulins et d'autres installations qui utilisaient l'energie de l'eau.
Quelques traverses au bord de l'ancienne plateforme ont changé leur employe.
On arrive à l'ancienne halte de Lancrans ...
... un demi kilomètre après le "debut modern" de la ligne.
De la maisonette il ne rest qu'une ruine.
Ici, on se separe de la route vers Lancrans. On continue à monter en forte rampe dans la pente.
Un remblai important franchit la gorge d'un torrent ...
... qui se jette en cascades dans la Valserine.
On monte toujours.
Vue en arrière vers la petite gorge.
C'est bien foncé au fond, il y a-t-il un tunnel?
Non, une tranchée bien profonde, en utilsant probablement une tranchée naturelle déjà existante.
Vue en arrière vers la tranchée.
Oui, ça parait raisonable, y compris le temps pour prendre les photos, ça devrait faire un bon quart d'heure que je suis parti du "depart".
Et toujours, on monte en forte rampe. Il y a encore bien à grimper jusqu'au terminus.
Pour les tacots on comptait 15 kilomètre par heure, pour les pietons on compte 15 minutes par kilomètre ...
À droite on voit un chemin grimper dans les brousailles.
À peine visible dans la végétation épaisse on s'aperçoit qu'il s'agisse un remblai.
Et bien sûr, l'agrandissement de la plateforme n'a pas été fait pour le parcours de santé. Il s'agit très probablement d'une ancienne halte ou une voie d'évitement avec access pour les maisons au dessus.
Une clairière donne la vue sur Châtillon-en-Michaille en face.
On croise du monde, c'est une tres jolie ballade.
On continue à monter, et non, les installations à coté de la platforme ne son pas des anciens traces, ça fait parti des animations du parcours de santé.
La forêt s'ouvre, vue en arrière.
Encore un demie kilomètre.
Et encore une installation en bois pour s'amuser.
C'est la Valserine et en suite la Semine qui separen les monts du Jura et la montagne du haut Bugey. La Valserine vient de la droite. La voie du tram va la franchir pour monter à Montanges, le village à droite du centre de la photo. À gauche on voit Châtillon-en-Michaille, en continuant la vallée on arriverait à Nantua.
Vue vers la vallée de la Valserine, prise quelque mètres au dessus du tracé. La ligne du tram continue à monter vers Confort dans les champs.
Passage à niveau, à droite la voie du tram venant de Bellegarde ...
... et montant vers Confort.
On est arrivé à Confort, vue en arrière vers Bellegarde.
sans texte ...
On se dirige vers Mulaz, au fond les maisons de Montanges. Ce qu'on ne voit pas ici, c'est la gorge profonde de la Valserine qui se trouve entre nous et Montanges. Il faut d'abord bien descendre, passer le pont de pierres et remonter à Montanges.
Vue en arrière vers Confort
Mais ça ne fait pas de sens. La gare de Mulaz est situé bien plus basse que la route. C'est le chemin à travers champ au fond à gauche qui va nous amener par là. Pourquoi monter j'usqu'à la route pour tout de suite redescendre en deux courbes serrées?
Dans le champ on s'aperçoit à peine d'une petite marche. Peut-être la plateforme a-t-elle été enlevée par ici?
Le tracé continue dans notre dos. Il a probablement coupé tout droit ce champ.
En face les maisons de Montanges. À gauche du centre de la photo on voit le tracé du tram qui remonte en grand boucle vers le village.
On s'approche de la gare de Mulaz qui se cache derrière les arbres au fond.
Vue en arrière.
Voici la gare de Mulaz qui appelle bien l'histoire du chemin. La petite plateforme pour le chargement des marchandises justifie peut-être le nom gare pour ce qui resemble plutôt une halte.
On s'est donné la peine d'installer des indicateurs par tout, c'est bien ça.
Àpres la gare de Muloz on commence à descendre vers la gorge de la Valserine. Le chemin à droite monte vers le hameau.
Pas de doute qu'il s'agisse de la plateforme d'un chemin de fer.
Vue en arrière vers la gare de Muloz.
En rampe bien forte on descende dans la pente, en dessous de la route Muloz - Montanges.
Le pied d'un poteau de la caténaire oubliée au millieu de la forêt.
ça descend toujours ...
... pour enfin joindre la route.
Encore un indicateur ...
... placé au bord de la route qui tourne en partiellement utilisant l'ancienne plateforme.
On n'arrive plus à dire si la route et la ligne du tram contournait ensemble une coline ...
... ou si la tranchée vers le Pont des Pierres avait été creusée pour le tracé du team.
Voici cet ouvrage important qui enjambe la Valserine avec un seul archet d'un hauteur de 65 m. A l'époque de sa construction il était le pont en maçonnerie le plus haut au monde. Il semble d'avoir été refait depuis l'époque du tram car la plupart de la construction est en béton. Après ce pont on monte en forte rampe vers Montanges. J'ai bien cherché un chemin ou d'autre trace d'une plateforme avec une rampe un peu moins raide. Je ne l'ai pas trouvé. Il semble que le tram empruntait la route par ici. Plus loin on trouve des rampes comparables où il n'y a pas de doute non plus que le tram empruntait la route ou la suivait en accotement.
Pour gagner la gare de Montanges la ligne faisait une grande boucle dans le champ dessous le village. L'arbre isolé dans le champ au fond se trouve à coté du tracé just avant de la gare de la Mulaz. On vient de prendre une photo à cet endroit il y a peut être une heure. Les maisons au fond, c'est Confort.
On n'aurait probablement pas construit un remblai ni une telle boucle seulement pour la route.
On entre à Montanges, toujours en fort rampe.
Et voilà, la gare de Montanges ...
... bien conservée.
Après cette petite pause avec quelque mètres dans la horizontale notre tram continue à grimper ...
... tout droit après un légère courbe ...
... pour rejoindre la route à l'issue du village.
Peu après on trouve une petite route qui se separe de la route vers le bas. La voie du tram? La raison pour se poser la question est une serie d'arbres dans les champs en suite qui, dans la vue aerienne, semble d'etre un remblai couvert de végétation.
Cette rue semble de descendre un peu trop vite pour être la plateforme d'un chemin de fer.
Ici, la serie d'arbres mentionnée fait continuation de la route en ligne droite.
Voici, ces arbres. La largeur serait parfait. Mais vue le terrain accidenté on s'attendait un suite des remblais et tranchées. Pourquoi se donner la peine d'enlever un remblai que pour laisser pousser les arbres à la place? La route, par contre, continue dans la horizontale. Pas de chemin de fer par ici.
Un kilomètre plus loin on trouve une installation d'une place de sport sur une petite "marche" dans le terrain, un ancien remblai?
Caché dessous la végétations on trouve un potau en béton ...
... et à derrière d'autre poteaux en bois.
Un remblai courbé vers la route devant les arbres?
Dans le coin du champ un petit chemin entre dans la forêt. En suite, on trouve une trace qui pourrait suivre l'ancienne plateforme.
Vue en arrière.
On arrive sur une route forrestière, le chemin qu'on vient d'imprunter entre dans la végétation à gauche, à peine visible.
Et on tombe sur un pont qui pourrait être une trace du tram. Dans la pente dessous la route en suite on trouve des traces aussi. Difficil à dire sans information supplementaire.
Il n'y a pas de doute que le tram suivait la route en accotement avant entrer ...xxx... Il n'y a pas de trace d'ailleurs. À ...xxx... on entre le terrain d'un entreprise.
Voilà, la preuve.
On contourne le village en descendant quelque mètres.
À l'issue du village un pont en maçonnerie enjambe un torrent qui se jette dans la Valserine.
Le pont joint la route vers ...xxx... ...
... qui monte en rampe forte.
Peu après on se retrouve à l'horizontale.
Au point cumulus de la ligne on quite la route pour entrer dans un tunnel.
Les portails sont en maçonnerie. Au milieu les rochers brutes.
Le tunnel donne sur un remblai.
La route en surplombe du portail.
Le remblai entre dans une tranchée.
La tranchée.
Et en vue en arrière vers le tunnel.
On continue dans la pente, en plateforme prèsque horizontale et bien amenagée.
En face il y a les sommets de la chaine du Jura qui separent la vallée de la Valserine du bassin Lémanique.
Quelques arbres morts permettent la vue vers les falaises en rive gauche de la Valserine.
Un mure soutenement.
En utilisant du matériel local, les murs passent prèsque inaperçu.
Une maisonette au bord de la plateforme, était elle déjà là au temps du tram. À quoi servait-elle?
Un autre pied de potau de la ligne de contanct se trouve en face de la maisonette.
Un mure de soutenement plus important. Les blocs en béton sont apparament plus recentes.
Par un remblai important en courbe serrée on franchit un torrent. La végétation le cache, il a au moins une bonne vingtaine de mètres de longueur.
Et on rejoint la route qui se trouve au dessus du mure de soutenement.
On suit la route pendant quelque mètres ...
... pour la joindre par ici.
Il n'y a pas de traces au dessus ou en dessous de la route. Il aurait fallu des ouvrages importants dans les rochers pour un tracé en site propre. Le tram empruntait la route dans la suite, semble-t-il.
Vue en arrière.
À l'issue du hameau ...xxx..., ici vue en arrière, le tram quittait la route ...
... pour la suivre en site propre jusqu'au terminal.
Encore le reste d'un poteau.
On s'approche à Chézery
À cote de la plateforme on voit ce qu'on sent déjà dessous les pieds depuis un moment, du balast.
Vue en arrière.
Les maisons faisaient probablement parti des installations autour du terminus de la ligne.
Le terrain du dépot est ustilise par un stock de gravier.
Voici l'ancienne remise au bout du terrain.

bernhard p lang a gmx p ch
Last modified: 0000-00-00 00:00:00