corpet
gare-ta
blanc-misseron
buffaud

Bourg-de-Péage - Pont-en-Royans

On commence la visite au pont qui enjambe l'Isère entre Bourg-en-Péage et Romans-sur-Isère. Le pont a été construit comme pont rail-route pour le raccordement entre les lignes partant de Bourg-de-Péage vers Valence et vers Pont-en-Royans et la partie du reseau au nord de l'Isère qui liait Romans avec Tain-l'Hermitage et Saint-Donat.
La grande maison sur la rive gauche qui figure sur un ancien cliché existe toujours.
Sur la rive droite, le raccordement suivait cette rue qui monte vers les gares de Romans, point de transbordement entre le reseau à voie normale sous la regie de la societé PLM et la voie étroite des Tramways de la Drôme. On garde la visite de cette gare pour le reportage des lignes de Romans. On lit sur l'internet qu'une remise des grandes installations à Bourg-de-Péage a survit jusqu'à aujourd'hui. Je n'ai pas eu suffisament de temps pour la trouver. Autrement il n'y a plus de traces à Bourg-de-Péage.
La halte au hameau Martinet n'existe plus. Dans la montée vers l'Ecancière j'ai raté une boucle la ligne faisait dans la vallée laterale creusée par le Ruisseau de Serne pour gagner la localité située au dessus du talus de la rive gauche de l'Isère. À l'Ecancière, les rails ont disparus, mais les maisons qu'on trouve sur des anciennes cartes postales sont toujours là et bien à reconnaître.
comparaison avec une carte postale, ancien image à mettre
comparaison avec une carte postale, ancien image à mettre
La ligne suivait la route vers Saint-Nazaire-en-Royans en accotement. Dans la descente vers la ville au bord de la Bourne qui se jette dans l'Isère ici, la ligne franchissait sur la route l'aqueduc du canal de la Bourne, ouvrage d'art important qui surplombe la ville de Saint-Nazaire-en-Royans.
La ligne suivait la rue principale, les maisons à gauche, à droit et au fond existaient déjà à l'époque.
Le tramways passait devant le restaurant meraz pour prendre la direction vers la gare de Saint-Nazaire-en-Royans.
comparaison avec une carte postale, ancien image à mettre
La Halte est encore là.
Un cliché afficé sur le mur du bâtiment nous explique son passé.
La ligne traversait la route pour continuer en suite en site propre dans la pente pour gagner le plateau au dessus.
On suit la plateforme à l'ombre ...
... qui nous amêne vers un des ouvrages d'art important de la ligne ...
... le viaduc de Saint-Nazaire-en-Royans.
Au bout du viaduc qui franchit le ruissau des Allaverts, la plateforme tourne en courbe serrée pour remonter dans le flanc vers la route.
La plateforme a dû disparaîte sous l'agrandissement de la route.
J'ai probablement raté une partie de la montée sous arbres à coté de la route. La ligne sortait de cette rampe probablement par la trouée au fond pour joigner à nouveau la route. Cet endroit est à re-visiter.
Peu après on trouve la halte du hameau La Motte-Fanjas, en bon état au bord de la route.
En suite on descende dans la vallée du ruisseau de Maleval.
Le viaduc qui enjambe le ruisseau existe encore, aujourd'hui emprunté par la route.
Après avoir remonté on passe à l'ancienne gare de Sait-Thomas-en-Royans. Le terrain est utilisé pour un parking devant le restaurant au bord de la route, à droite derrière les arbres. Une des maisons pourrait être l'ancienne bâtiment de la gare, trop transformé pour encore être reconnaîssable.
Vue vers Saint-Laurent en face, sur l'autre rive du Cholet.
La vallée de la Lyonne et Saint-Jean-en-Royans. Le tramway suivait toujours la route.
À l'entrée de Saint-Jean, la ligne franchissait la Lyonne avec la route ...
... pour monter vers la localité en rampe importante.
Je n'ai pas trouvé des traces, ici la rue qui amênait vers la gare située à l'issue en direction vers Saint-Laurent.
Après un bon kilonètre tout droit au bord de la route la plateforme la quitte et continue en site propre. Pour arriver à Saint-Laurent il faut franchir la valleé profonde du Cholet.
Sur le bord supérieur du talus on se dirige vers le fond de la vallée.
La pente ensuite à remonter en face.
La plateforme continuait au bord du plateau en site propre ...
... pour se diriger enfin vers le pont qui enjambe le Cholet.
Le pont ferriviaire encore bien à reconnaître a été transfomé en pont routier.
Vue en arrière sur l'ouvrage d'art le plus important de la ligne.
Pas de doute de quoi il s'agît.
Le lieu-dit Les Fabriques au fond de la vallée, surplombé par le pont.
Détails du pont.
Après le pont, la plateforme se perd dans le pâturage.
Par ici, l'ancienne plateforme joint un chemin à travers champ. Au fond encore une fois le pont sur le Cholet.
Sur un remblai peu élevé on continue à monter dans le flanc vers Saint-Laurent.
On monte dans la pente, ici à travers une petite tranchée.
Vue en arrière.
On traverse un arboretum dans la pente.
Une rampe importante était nécessaire ...
... pour grimper le talus vers le platau de Saint-Laurent.
Sur la rive droite à Saint-Laurent on remarque à peine la vallée profonde du Cholet qui nous sépare des maisons au fond. Devant ces maisons passait l'ancienne ligne vers le pont qui se trouve en dehors de l'image à gauche.
On se dirige en courbe vers le centre du village.
La rue principale passe à droite de l'église de Saint-Laurent-en-Royans. La mairie se trouve dans notre dos. Sur la place on voyait à l'époque les rails du tram se diriger vers la rue qui contourne l'église à gauche.
Derrière l'église de Saint-Laurent l'ancienne gare bien conservée.
C'est bien, ça.
Pas de doute sur le passé du chemin.
Encore une fois le terrain de la gare de Saint-Laurent, le bâtiment sous les arbres.
On continue en courbe légère pour regagner la route vers Saint-Eulalie.
La ligne suivait la route en accotement jusqu'à Sainte-Eulalie-en-Royans. La gare se trouve à l'entrée du village. Elle était le terminus de la ligne avant qu'elle a été prolongée vers Pont-en-Royans.
Sans commentaire
L'ancienne plateforme derrière l'église de Sainte-Eulalie sert comme parking aujourd'hui.
Au fond l'église de Sainte-Eulalie. La plateforme est bien visible dans la pente. Il faut descendre environ 50m d'altitude jusqu'au nouveau terminus à l'entrée de Pont-en-Royans.
Le ballast sur l'ancienne plateforme temoigne son passé.
Ici, la plateforme est peu visible dans la pente.
Peu plus loin un ancien passage à niveau. La plateforme coupait la route à la position du poteau au milieu du cliché.
La ligne descende vers le plateau sur un remblai en courbe encore bien visible.
Le remblai après le passage à niveau.
Au fond la plateforme dans la pente en descandant de Sainte-Eulalie.
Le remblai donnait sur un autre passage à niveau. La suite est bien marque par la route d'aujourd'hui. En courbe à 90 degrés ...
... on entre dans une tranchée, ici dans la vue en arrière, qui se tourne ensuite à droite pour suivre la modulation du terrain.
Au bout de la surface goudronnée on continue en chemin cailloutis, toujours en descendant en pente égale vers Pont-en-Royans.
Je ne sais pas qui a eu plus de peur, moi ou le serpent qui traversait tout d'un coup le chemin derière moi en vitesse par ici. Pas de la photo de ce serpent, il a disparu beaucoup trop vite dans les herbes.
C'est bien, ça.
Environ trois kilomètres après Sainte-Eulalie on atteint le terrain de la gare de Pont-en-Royans, située un petit kilomètre à l'exterieure de la ville, sur la limite entre les départements de la Drôme de l'Isère. Le dernière ne voulait pas investir dans une continuation sur le terroire de son département. Vue l'étroitesse des rues de la ville en surplomb de la Bourne on peut bien comprendre cette décision.
Vue en arrière, l'ancienne plateforme à gauche en forme du chemin calloutis.
Le batiment de la gare au fond. Le terrain à droite hébergait les installations ferroviaires nécessaires pour les manouevres au terminus.
Au bout du terrain dans l'angle avec la route venant de Sainte-Eulalie on trouve encore la remise. Le "toit sur le toit" indique l'utilisation par les locomotives à vapeur. Cette construction très courant servait comme "cheminée" pour la remise.
L'entrée du terrain de la gare vue par la route Sainte-Eulalie - Pont-en-Royans.
Bien que devant l'entrée de Pont-en-Royans, on se trouve encore sur le territoire de Sainte-Eulalie et du département de la Drôme.
Encore un cliché de la gare terminus de la ligne.
Et une fissure impressionante dans les rochers en façe.

bernhard p lang a gmx p ch
Last modified: 2014-06-28 22:38:43