corpet
gare-ta
blanc-misseron
buffaud

Mornant - Lyon

En venant de la visite du chemin de fer liant St.-Symphorien-sur-Coise à Messimy et le réseau Lyonnais, j'ai perdu la trace autour de Thurins, une dizaine de kilomètres à l'ouest de Messimy. Il y a encore du temps avent d'aller à l'hôtel. Je suis donc allé à Mornant pour retourner sur l'ancienne ligne Lyon-Mornant. La gare de Mornant, terminus de la ligne, est en très bon état. Il manque seulement les rails. On avait commencé à construir une continuation vers Rive-de-Giers, mais elle a resté inachevée.
Dans la localité une rue marque l'emplacement de l'ancienne voie. Il n'y a pas d'autre trace.
Le tracé dans la vue en arrière ver Mornans, les courbes légères et pentes constantes sont quand même typique pour la plateforme d'un chemin de fer.
Peu plus loin, une aire de sport occupe le remblai. Pas d'activité à ce moment et le portail est fermé. Il faut donc retourner jusqu'à Saint-Laurent-d'Agny par la route.
À Saint-Laurent-d'Agny on retrouve le tracé comme chemin à travers champ.
À travers de Saint-Laurent-d'Agny il n'y a plus des traces. Le bâtiment de la gare à été enlevé. Après avoir passé le centre on retrouve la plateforme qui monte une colline en pente importante. Sur gravier on roule agréablement.
Au bord de l'ancien tracé une aire de cross à été amenagée.
On continue à monter auture une aire de sport.
Après un "passage à niveau" de la route de à Taluyers on continue sur la coline en surface goudronnée.
Avant un autre "passage à niveau" avec la route à Orlienas ...
... puis après on continue sur gravier, toujours en pente légère.
Vue en arrière, on a passé le point culminant entre Saint-Laurent-d'Agny et Soucieu-enJarrest pour descendre en faisant une large boucle vers la vallée du Furon.
On entre la forêt ...
... vue en arrière ...
... une tranchée ...
... puis une clairière qui permet de regagner l'orientation. Ici la vue vers Lyon et au fond les monts du Jura ... 16
... puis vers le nord on voit les maisons de Soucieu-en-Jarrest et les mons du Lyonnais.
La route de Saint-Laurent-d'Agny à Soucieu-en-Jarrest prend la directissima, tandisque l'ancien chemin de fer préfère un traject en pente plus égale.
Vue en arrière vers le passage à niveau.
On continue sur gravier, toujours très agréable à pédaler.
Vue en arrière.
Soudain une montée trop raide pour un chemin de fer en adhésion ...
... puis on arrive sur une petite coline. Apparament, une tranchée a été remblayée par ici.
Vue en arrière.
Après j'ai perdu le tracé juasqu'à Soucieu-en-Jarrest. Dans la vue aerienne c'est bien clair. La ligne coupait la route Saint-Laurent-d'Agny - Soucieu-en-Jarrest qui descende trop vite pour francir la vallée avant Soucieu-en-Jarrest par un pont métallique. Elle entrait la ville au bout du chemin des Fournettes d'aujourd'hui La gare de Soucieu-en-Jarrest se trouve à l'autre bout de même chemin. Plusieurs gares aux lignes du réseau était construites perpendiculaire par rapport aux voies comme celle-ci.
Après la gare, le tracé se perde dans les champs. Un bon kilomètre plus loin, la ligne devient praticable à nouveau.
En direction vers Soucieu-en-Jarrest, une tranchée a été remblayée, la raison pourquoi il n'y a plus de trace praticable.
En suite, on continue sur calloutis, très agréable à pédaler.
La surface change, on continue sur goudron.
Après un "passage à niveau" de la route entre Soucieu-en-Jarrest et Messimy on continue à nouveau sur cailloutis.
Caché dans la forêt on tombe sur un ouvrage d'art important qui enjambe le torrent Le Garon.
Vue en arrière sur le viaduc au milieu de la forêt.
Le tracé se perd à nouveau. La piste battue monte un talus en sable.
En haut on retrouve un chemin à travers champ. La vue aerienne montre qu'après le viaduc, la ligne entrait probablement dans une tranchée qui monte. Ce chemin est situé sur l'ancienne plateforme.
À nouveau très agréable à pedaler ...
... on arrive à un barrage, vue en arrière, ...
... avant un autre passage à niveau de la route venant de Soucieu-en-Jarrest à l'entrée de Messimy.
Un vieu panneau oublié en direction vers Thurins nous dirige vers la gare.
Un peu transformée, la gare de Messimy est toujours conservée. Ici, la ligne vers St. Martin-en-Haut et St. Symphorien-sur-Coise prenait son origin.
La gare n'est pas le seul vestige. Il y a encore les fondements du chateau d'eau ...
... et derrière les remises et les ateliers.
En suite, le terrain a été transformée en zone industrielle, il n'y a plus des traces. La ligne continuait tout droit pour monter ici la coline de Brindas. La route de contournement emprunt l'ancien tracé.
La gare de Brindas se cache derrière une haie et des arbres.
La ligne continuait tout droit à travers le quartier nord de Brindas. À l'issue, la ligne quittait la route ...
... on sait donc qu'est-ce qui viendra.
Vue en arrière sur le même chemin ...
... on arrive vers le viaduc promis. On a dû faire un détour, ici, on est déjà à l'autre coté ...
... sur la tête vers Lyon.
En suite sur piste battue ...
... puis chemin à travers champ ...
... on entre Craponne. Ici dans le contre sens vers Brindas.
En courbe de 90 degrés, la ligne gange le terrain de la gare de Craponne.
La gare se trouvait vers ici ...
... sur le terrain de la maison au fond. C'était une gare de bifuration. La ligne vers Vaugneray prenait son origin ici.
On continue vers Lyon. La rue en ligne droite marque l'ancien tracé. Le ciel changé montre que j'ai pris cette photo le lendemain le matin avant de rentrer.
Plus loin la même rue dans le contre sens
On fait une enquète pour établir une ligne de bus rapide sur l'ancien tracé. Vue le monde sur la rue principale à l'heure actuelle, il est samedi soir et heure de souper, on ne veut même pas savoir qu'est-ce qui se passe par ici pendant la semaine et à l'heure de pointe. Les journaux écrivent combient de temps les gens passent à faire la navette entre Vaugneray et Craponne jusqu'au travail à Lyon. Dans le même temps le tacot à l'époque arrivait à faire le même traject aller et retour. On appelle ça du progrès. ☺ Bien sur que les riverains du traject prévu ralent. Mois, j'aurai à dire qu'il est stupide de construir une piste pour une ligne de bus à travers des zones vertes au lieu d'un vrai tram qui ne consomme que la moitié du terrain, sans avoir besoin d'une surface goudronnée, et en plus avec une capacité multiple. À l'autre coté de la ville on a déjà re-posé des rails sur une ancienne ligne de chemin de fer pour une nouvelle ligne de tram. Il faudra faire de même par ici. Un bus rapide ne changera pas grande chose, vue la circulation ici.
Une tranchée profonde nous dirige vers la vallée qui sépare Craponne et Francheville de Tassin-la-Demi-Lune.
Après un "passage à niveau" on continue à contourner Francheville ...
... en tranchée et dans la forêt.
La surface change.
Le chemin devient plus étroit, mais toujours bien praticable sur deux roues.
Voici terminus provisoire de la vise, je continurai quand je serais à nouveau à Lyon. Je serais d'accord avec la bannière si je serais sur qu'on voulait aller dans le sens dit auparavant.

bernhard p lang a gmx p ch
Last modified: 2013-07-08 22:44:49