corpet
gare-ta
blanc-misseron
buffaud

Morteau - Maîche - Trévillers

introduction

Morteau - Le Russey

La ligne prend son origin à la gare de Morteau, gare de transbordement avec la ligne à voie normale Besançon - Le Locle PLM, aujourd'hui SNCF.
Encore un autre bâtiment est conservé à coté du bâtiment de la gare. Aussi parmi les greniers qu'on trouve derrière cette maison l'un ou l'autre a probablement vu le temps du Tacot. Le vaste terrain derrière l'ancienne gare tu Tacot à coté des rails de la voie normale est bien utilisé aujourd'hui aux jours de marché.
Quelques photos qui ne sont pas diréctement reliées avec le Tacot. Au moins, le nom du bistrot pourrait indiquer le terminus du Tacot.
Une automotrice TER de la ligne des hirondelles (Cluse - St. Claude - Champagnole) quitte la gare de Morteau vers Le Locle.
D'un coté, les aigullages sont chauffés ...
... par gaz, d'autre coté, on les manipule manuellement ...
... ici une mécanique qui semble d'être encore plus vieille. Drôle de combinaison.
L'ancienne ligne quitte la gare et contourne Morteau en rampe fort.
Vue en arrière, la gare est située derrière les maisons les plus loins sur la photo.
Le tracé monte toujours fortement. Aussi aujourd'hui il y aurait suffisamment de l'espace dans la rue pour des rails d'un train.
vue en arrière
Au bout supérieur du contournement il y avait un pont métallique qui a disparu. La tête supérieure était situé à l'endroit du garage au fond.
La ville jumelée Vörenbach se trouve à seulement 252 km de route d'ici.
Vue dans le contre sens d'en haut du garage vers le contournement de Morteau.
En suite, une tranchée profonde était necessaire pour le virage serré à l'issue de Morteau en diréction de Les Fins.
Sur la continuation de l'ancienne ligne une usine s'est installée.
Derrière le terrain de l'usine on voit les voitures stationnées sur un court bout de l'ancien remblai. Un chien méchant nous a empêché de nous rapprocher plus que ça.
La ligne suivait en suite la route en accotement. Sur le terrain on a construit des maisons. L'ancienne voie n'est plus visible par ici. Quelque centaines de mètres plus loin l'ancienne ligne ré-apparaît à nouveau ...
... utilisée comme gardin privé et terrasse ...
... pour finalement devenir un chemin praticable qui monte en rampe forte vers Les Fins.
Le flanc du remblai sert comme basse-cour par ici.
La ligne monte vers la forêt au dessus de la route. Au fond on voit déjà les maisons de Les Fins.
Sur le sol le passé se montre par le ballast.
Vue en arrière vers les maisons au dessus de Morteau.
La ligne tourne en rampe avec plusiers courbes dans la pente au dessus de la route.
Par fois la pente devient raide ...
... bien du travail dans les rochers était necessaire pour établir le tracé.
On continue en legère courbe droite, toujours en rampe forte ...
... vue en arrière ...
... jusqu'à ce qu'une trouée dans la végétation nous donne la vue vers Les Fins. Peu à gauche du centre de la photo on voit les falaises dans le hameau. La ligne doit passer au dessus.
Un dernier bout tout droit, puis on arrive aux premières maisons de Les Fins.
L'ancien tracé est coupé par une route moderne qui lie le quartier recement construit avec la route principale.
Un panneau nous indique l'origine du chemin qu'on vient d'emprunter.
La fin de l'ancien remblai.
De la nouvelle route on a vue libre vers Morteau. Sur cette distance courte, la ligne a monté une dénivellation de 250 mètres. On devine la route Morteau - Les Fins à droite du centre derrière l'orée. L'ancienne ligne du chemin de fer est située quelques dixaines de mètres au dessus, marquée par le debut de la forêt en sapins.
En suite on continue dans une rue goudronnée, ici seulement en pente légère ...
... et dans une tranchée qui coupe les falaises bien visibles de lointain.
Il s'agît de la tranchée la plus profonde de la ligne.
Vue en contre sens.
La tranchée taillée dans les rochers donne sur une rue goudronnée en courbe, à l'horizontale maintenant.
Encore une fois vue en arrière vers la tranchée.
Dans les rochers on voit encore les trous persés pour le dynamit.
Encore une tranchée, moins profonde.
Le nom de la rue indique le passé. Est-ce que le panneau au dessus, serait-il un symbol pour la fin inéluctable par la concurrence de la route?
En ligne droite ...
... on arrive à la gare de Les Fins.
Elle est située sur une place vaste au dessus du carrefour au centre du village.
Après la gare de Les Fins la ligne continuait au bord de la route. Dans le village on ne l'aperçoit que par les murs et haies retirées. Autrement il n'y a plus des traces. Il faut continuer jusqu'à l'issue du village pour voir re-apparaître le tracé de l'ancienne ligne en accotement gauche de la route vers Le Russey.
Encore mieux visible est l'ancien remblai peu avant Noël-Cerneux, ici en contre sens vers Les Fins.
L'ancienne gare de Noël-Cerneux se cache derrière des arbres.
Après la gare de Noël-Cerneux il manque d'abord toute trace. Quelque centaines de mètres plus loin on retrouve le tracé sous forme d'un remblai. D'ici et presque jusqu'à Maîche, la ligne continue en site propre non loin de la route.
Le tracé avant ce remblai.
Dans la vue en arrière on voit que la plateforme vers Noël-Cerneux a été remblayé. C'est pour cela qu'on ne voit pas de trace jusqu'à ici.
Une autre vue en arrière d'un peu plus loin. Au fond le clocher de l'église de Noël-Cerneux.
Encore un remblai, à l'entrée de La Chenalotte, pris de l'autre coté de la route.
La gare de La Chenalotte est située dans une impasse qui suit l'ancienne ligne. Aussi l'ancienne lampisterie avec les WC accolés est encore conservée. Sur terrain privé on ne voulait pas prendre des photos.
Après la gare de La Chenalotte, l'ancienne ligne traversait à nouveau un champ sans avoir laissé des traces évidentes. La gare est la maison éclairée derrière le toit rouge au centre de la photo.
Seulement une ondulation du terrain à peine visible nous montre la position de l'ancienne plateforme.
À peine visible à travers le champ ...
... cette trace continue en direction vers l'orée, parallel par rapport à la route vers Le Russey à une distance d'environ 50m.
Si on ne savait pas par l'aide de la vue aerienne par où il faut chercher, on ne trouvait à peine l'entrée de la ligne dans la forêt au milieu de l'image.
Dans la forêt, l'ancien remblai est clairement visible.
Vue en arrière vers l'orée.
Un mur peu élevé longe le bord gauche de l'ancienne ligne.
Ce mur nous aide à suivre la ligne à travers le sous bois, ici dans la vue en contre sens. Sous les pieds on sent le ballast plus dur que la terre naturelle de la forêt.
On arrive sur une clairière sur laquelle une route forestière croise le tracé. La voie entre à nouveau dans la forêt à gauche.
Vue en arrière vers le sous bois qu'on vient de pénéter.
En suite, le tracé se presente comme une route forestière bien praticable, mais assez en bouillie.
En ligne droite et sur un remblai on continue vers la route Morteau - Le Russey.
On arrive sur la nouvelle route.
Vu en arrière. La voie sort à droit.
En face, on devine à peine l'entrée dans la forêt couverte par des brousailles. La nouvelle route coupe en tranchée droite à travers de la forêt. L'ancienne route contourne la colline peu élevée par la gauche en dehors de la photo.
De plus près on reconnaît l'ancienne voie comme une tranchée peu profonde dans le bord de la nouvelle route.
Plus loin la tranchée s'approfondit et commence à descendre vers la gare de Narbief.
La voie suit l'ancienne route à une distance d'environ 50 mètres, ici à nouveau sur un remblai bien élevé et bien visible ...
... qui tourne vers la gauche ...
... et finit soudain à l'orée.
À travers champ on gagne la gare de Narbief.
À l'autre coté de la gare, la nouvelle route dans notre dos coupe à nouvau la colline. La tranchée de l'ancienne voie moins profonde à du céder.
Vue dans le contre sens. Par ici, l'ancienne plateforme recommence d'etre visible (parti gauche de la photo).
Une route secondaire approfondie coupe l'ancienne tracé.
En suite, l'ancienne ligne suit la route au dessus.
Bien visible un peu plus loin dans la vue en arrière.
Après un pont ou un remblai enlevé on retrouve la ligne. Un peu plus éloignée de la route elle descende moins vite que la route.
Après quelque centaines de mètres, la voie sort de la forêt et suit la route sur un remblai bien visible, ici dans la vue en contre sens.
En suite et toujour parallel par rapport à la route, cachée derrière d'arbres.
C'est incroyable, que les gens jetent dans le paysage. Et la poubelle publique plus proche ne se trouve qu'un kilomètre plus loin! Ce n'est pas qu'elle serait l'endroit pour jeter les déchets pareils, mais ...
Au bout de la forêt, l'ancien tracé suit la route en accotement, ici dans la vue en arrière vers la forêt, peu marqué par quelques légères dépressions dans le sol ...
... en suite mieux visible.
À l'entrée de Le Russey l'ancien tracé a disparu dessous des maisons recement construites. La ligne arrivait derrière les installations d'une scierie au fond--si elle existait déjà à l'époque du Tacot, elle était un très bon client--et croisait la rue principale par ici (vue en arrière). En façe, les nouvelles maisons cachent l'ancien remblai à travers d'un petit bout de forêt sur proprieté privé.
Proche de l'ancienne gare et à travers champ on voit bien l'endroit par où la ligne quitte la forêt, marqué par des arbres moins élevés.
L'ancienne gare de Le Russey se trouve intégrée dans une suite des maisons plus recentes.
up
bernhard p lang a gmx p ch
Last modified: 0000-00-00 00:00:00