corpet
gare-ta
blanc-misseron
buffaud

Nantua - Saint-Martin du Fresne - Hauteville

introduction

Saint-Martin - Hauteville

Après la gare, l'ancienne plateforme se pert dans le fourré en face à coté du terrain de la scierie. La route monte encore quelque mètres pour redescendre et traverser une vallée transversale. Voici très probablement la plateforme.
Le pont dans la végétation le confirme.
Et voici le remblai avec, à peine visible, un garde-corps.
Le petit pont par dessus. En suite le remblai a été enlevé.
L'ancienne voie a re-joint la route.
La plateforme, suivait-elle la route ou passait-elle derrière ces maisons?
Problement, par ici
toujours difficil à dire
vue en arrière
on 'traverse' une maison, si le tram passait par ici, ce toit en forme d'un pont sur la route n'existait pas encore.
On contourne un étang ...
pour franchir le ruisseau après ...
... par un pont en maçonnerie qui est un bon candidat pour le chemin de fer.
Puis le potau télégraphique est encore la.
Et un rail qui a trouvé un nouveau emploi.
On arrive sur une petite place-déchetterie ...
où enfin il y a à nouveau une indication.
Dans les emprises d'un ferrailleur sur le coté droite du ruisseau on trouve sous la végétation un tas des traverses. Peut-être le chemin de fer passait plutôt par ici? Cet endroit est à revisiter.
Au bout de la petite place l'ancienne plateforme continue comme route en cailloutis.
La voie monte dans la forêt dans la rive gauche du ruisseau.
À travers d'une tranchée on joigne la rue principale à l'issue supérieure de Condamine.
Encore un paneau qui appelle la mémoire.
Vue en arrière.
Ensuite, la ligne a dû emprunter la route principale. Il n'y a plus des traces jusqu'à Le Balmay ni d'autre possibilité dans le terrain.
À l'entrée de Le Balmay voici la preuve.
À nouveau, l'ancienne ligne évite le centre du village. La gare a disparue ou était tellement transformée qu'on ne la recommaît plus.
La voie du tram qui se sépare de la rue principale. Le petit remblai est bien visible. Pour un chemin on n'aurai pas se donné la peine d'égaliser autant la pente.
À Vieu-d'Izenave, pas d'indicateur mais l'anciene halte est encore là.
Forme typique pour une gare de troisième classe.
Ensuite on a on peu de difficulté à retrouver la plateforme. Aussi la vue aerienne n'avait pas trop aidé dans la préparation. Pour gagner les gares d'Outriaz et de Lantenay, elle a dû se tourner vers la droite. À l'issue de Vieu-d'Izenave vers Outriaz on trouve un chemin à travers champ en ligne droit qui semble ...
... éh oui, peu après sans doute la plateforme à travers champ.
Elle coupe la rue prèsque en angle droite. La maison en face semble d'etre installée sur l'ancienne plateforme. Entre cette maison et le centre de Vieu-d'Izenave il n'y a plus des traces parmi les maisons recement construites.
Les vaches se demandend qu'est-ce qu'il fabrique.
On suive le tracé, vue en arrière.
La plateforme descend ...
... pour franchir le Flon, le torrent venant d'Outriaz.
Les gardes-corps sont encore bien conservés.
Difficil de prendre une photo dans la végétation épaisse. Voici le premier ouvrage d'art important de la ligne qui est encore conservé.
Le pont et le remblai suivant se cachent sous les arbres sortants à gauche. Le remblai vers Outriaz traverse le champ vers la droite marqué par la série de petits arbres ...
... et encore mieux visible quelque mètre plus loin.
La plateforme dans le champ, on devine même la position des rails ...
... et son inclination dans le virage serré.
Balast par terre ...
... et le fondement d'un poteau.
Le remblai est à nouveau bien couvert de végétation.
Après avoir contourné une coline on entre dans le terrain d'une scierie, la plateforme est très bien visible.
La voie passait probablement par ici.
Un panneau nous l'indique, mais on n'a pas encore trouvé la gare.
Voici au fond probablement une tranchée qui ramene la plateforme à l'accotement de la rue.
À coté de la route vers Lantenay on trouve plein d'espace pour une voie en acotement.
Dans le village il n'y a plus de trace parmi les maisons, mais dans la vue aeriene la suite est très bien visible. Au point de départ autour de l'endroit de l'ancienne gare (qu'on n'a pas retrouve non plus) au moins à nouveau un panneau.
La plateforme se sépare de la rue prinicpale pour tourner à gauche et passer en contrebas du village.
En pente égale on passe derrière la maison de paroisse.
Le poteau date probablement encore de l'époque. Au moins la barre qui tenait les isolateurs est encore là.
La surface change. On entre dans la forêt.
Toujours en pente égale la voie serpente dans le flanc.
Ancien passage à niveau.
La voie fait une grande boucle pour gagner d'altitude.
Vue en arrière.
Une rue secondaire franchit la voie en tranchée par un pont.
Après le pont on sort de la forêt.
Dans le contre sens vers le pont qu'on vient de passer par dessous.
Sous arbres traverse le champ dans la pente
ici à nouveau en surface goudronnée.
La vue s'ouvre, on peut voir un bon bout du traject depuis St.Martin
En bas les maisons de Lantenay.
On entre à nouveau dans la forêt ...
... pour se diriger en courbe de 90 degrés vers la vallée latérale en direction du col vers Corcelles et Brénod.
Toujours en pente constante la ligne monte dans le flanc de la vallée.
Parfois en tranchée taillée dans les roches
parfois ouverte, on s'approche du point culminant
où la pente termine sur une petite plaine dans la forêt où il y avait une ... d'eau à l'époque
pour entrer dans le seul tunnel du réseau.
Derrière la grille on voit encore un isolateur.
Aussi l'autre portail est fermé, sur le terrain d'une ferme dans le hameau La Chavanne.
La voie coupe la route d'accès et entre dans la descente vers la gare de Corcelles.
La pateforme fait une large boucle dans la descente. On regarde vers le sud, au fond les maisons de Champdor. La ligne va d'abord tourner vers le nord pour passer à Brénod où elle fait une courbe de 180 degrés pour se diriger après vers Champdor et Hauteville.
La contre courbe.
Vue en arrière.
À travers le champ on voit la plateforme au dessus.
On continue à descendre, maintenant en direction nord.
Du balast par terre.
un bout en ligne droite
par une petite tranchée
Au fond les maisons de Brénod.
vue en arrière.
La plateforme en rampe joint la route de Corcelles à Brénod.
En arrière plan on voit la plateforme monter dans la pente vers la boucle.
La gare de Corcelles.
Elle est utilisée. On est en train de la agrandir.
La gare de la route de Corcelles. Elle était située environ un kilomètre en déhors du village. On voit la plateforme monter en dessous les arbres.
La plateforme joint la route une centaine de mètres après la gare.
vue en arrière vers la gare de Corcelles.
À Brénod la ligne fesait une boucle de 180 degrés dans laquelle était située la gare. Aujourd'hui, l'ancienne plateforme est une rue d'accès pour des maisons récément construites.
La gare de Brénod n'est plus là, seulement le nom de la place.
En suite, la ligne suivait la route en accotement. Il n'y a plus de trace jusqu'à Champdor. Le village était contourné en contrebas.
La gare est encore conservée. Elle se trouve à l'issue vers Hauteville.
En bonne état elle ne semble pas d'être utilisée actuellement. À Hauteville je n'ai pas trouvé de traces. Il y a une rue de la gare, mais aucune maison ne resemble à un des bâtiments de gare de la ligne. Hauteville était le point de départ d'une autre ligne inachevée vers Tenay.
up
bernhard p lang a gmx p ch
Last modified: 2013-08-05 20:10:43