corpet
gare-ta
blanc-misseron
buffaud

Pontarlier - Besançon

introduction

Evillers - Amathay-Vésieux

Le terrain de l'ancienne gare d'Evillers est toujours utilisé par une scierie. L'aspect économique le plus important des lignes du reseau de Pontarlier était le transport du bois. Même après la fin du service de voyageurs, le transport des marchandises Evillers - Levier - Andelot restait encore actif jusqu'à 1953. Mais la préférence était plus en plus pour le transport sur la route plus flexible qui était aussi devenu plus rapide grace à la grande amélioration des routes. Il faut considérer que la vitesse moyenne, les haltes pour manoevrer, remplir de l'eau et du charbon etc, ne surmontait rarement les 15 km/h.
Après le village, la ligne tourne vers la pente de la chêne de collines entre Evillers et Amathay. On voit ici un ancien passage inférieur. Le remblai à gauche et à droite est, comme souvent, caché par les buissons.
La série des buissons continue à droite de la route, ici dans la vue en arrière vers Evillers.
Des buissons et des arbres continuent à cacher la ligne qui donne ici sur une route en cailloutis ...
... qui monte en ligne droite dans la pente de la colline ...
... pour entrer au bout de cette ligne droite à nouveau dans les broussailles.
La route longe l'orée bien sinusieux, cependant l'ancienne plateforme continue en courbe longue vers la gauche à l'intérieure de la forêt, quelque dizaines de mètres plus loin. Dans le contre jour, le remblai est bien visible.
La ligne croise la route goudronnée en angle droit et continue toujours montant dans la pente.
Le tracé même reste impraticable jusqu'à ce qu'il se rapproche à une route forestière, marqué par un petite tranchée à coté de la route, ...
... pour couper la route peu après ...
... et continuer en dessous de la même.
Dans une courbe vers la gauche le remblai à coté du chemin est bien visibble.
En suite le tracé continue couvert mais toujours praticable en dessous de la route forestière.
La végétation devient plus en plus dense.
Le tracé coupe dans une tranchée profonde et impraticable la crête et redescend plus ou moins couvert de végétation (ici assez clair).
Un peu en dessous il y a un chemin forestier praticable. On voit bien la plateforme au dessus.
Avec les vêtements robustes on peu aussi suivre le remblai même à travers du sous bois épais. Le tracé s'ouvre soudain vers une route goudronnée, ici dans la vue en arrière vers la ligne invisible au centre de l'image
Le chemin goudronné amène vers une baraqe qui couvre le portail d'un tunnel. La construction pue du pétrole et d'autres substances chimiques. On se demande à quel but cet ancien tunnel est abusé. Aucun indication sur l'utilisation ou le propriétaire de l'installation.
Aussi l'autre portail est muré.
Après le tunnel la ligne emploie un remblai bien élevé, ici dans la vue en arrière vers le tunnel,
... avec un passage inférieur d'une route en ballast bien solide. Peut-être il s'agît de la route mentionnée dans "Le Tacot" qui liait Les Granges maillot avec la gare du même nom? Cette gare à disparu sans laisser nulle trace.
Le même passage de l'autre coté.
Ensuite la ligne passe par une tranchée couverte de végétation.
Après la tranchée la ligne se runit avec une route forestière. Sur la photo on voit à peine la bifurcation au centre de l'image.
La route forestière bien praticable descend en courbe longue vers la gauche (ici vue en arrière) ...
... pour continuer comme chemin à travers champ (aussi vue en arrière).
On continue à descendre en courbe longue vers la droite à travers champ ...
... vue en arrière ...
... pour entrer à nouveau dans une tranchée.
Encore une vue en arrière.
Toujours en descendant, la ligne suit la pente pour tourner après une tranchée vers le centre de la vallée.
La ligne traverse la vallée en courbe serrée. La route forestière longe l'ancien remblai en demi-cercle d'extérieur.
Vers la fin du demi-cercle la route forestière est remonté au niveau du remblai ...
... qui le suit quelque mètres pour redescendre en suite vers la gauche.
Au bout du tournement par 180o une maisonette de chasse a été construite sur le remblai.
On continue dans la pent en face, toujours en descendant.
vue en arrière.
Vers le fond de la vallée la voie quitte le chemin vers la gauche pour entrer dans le fourré.
... à peine visible à l'orée.
En traversant le terrain d'une ferme de poule on voit bien la ligne suivre l'orée ...
... qui passe après par une tranchée entièrement couverte de végétation et franchit ensuite la route.
En face, la plateforme continue bien visible par une petite tranchée. Un taureau visiblement intéressé à garder son pouvoir absolu sur le terrain a empêché la visite de ce bout servant de pâturage.
Dans une deuxième visite permettait une inspection de la tranchée qui suit le pâturage.
Toujours en descendant, la ligne s'approche de la gare de Amathay. La végétation est à nouveau tellement dense que les vêtements solides sont indispensable par ici. Pénétrer par ici est nécessaire parce que l'arrivé du tracé à la gare est introuvable si on ne sait pas exactement par où il faut la chercher.
Profondement caché dans le fourré on trouve une construction en béton en haut d'un remblai bien élevé.
Même sur ce pont en béton poussent les buissons et arbres.
Enfin le pont en béton arrive sur la "terre ferme" et la végétation s'ouvre.
Du ballast par terre indique la direction à prendre.
Dans la vue en arrière on ne voit pas la position du tracé dans le sous bois.
Après quelque pas on se trouve au bord de la route. La gare de Amathay-Vésieux est située derrière le talus à gauche, vers la courbe de la route à droite au fond. Les traces du chemin de fer ont été enlevés pendant l'enlargissement de cette route.
Vue au dessus du talus en face, vers l'endroit où le tracé se reunit avec la route.
Le même bout de route d'en bas. "Le Tacot" mentionne que la ligne coupait la route quatre fois entre la gare et le tunnel vers Evillers. Plus haute il n'y a pas de doute sur la position de la voie--avec qu'un seul croisement--et en conséquence les trois autres croisements ont du être par ici. Si c'était la route ou le chemin de fer qui était tellement sinueux--si l'indication dans "Le Tacot" est correcte--on n'arrive plus le dire maintenant.
up
bernhard p lang a gmx p ch
Last modified: 0000-00-00 00:00:00