corpet
gare-ta
blanc-misseron
buffaud

Pontarlier - Besançon

introduction

Cléron - Besançon

Vers Besançon le tracé quitte Cléron également par un pont.
Ce pont donne une belle vue sur le château de Cléron.
Encore une fois le château, de la route qui aussi traverse la Loue par un pont en parallèle.
Et le pont du Tacot du même point de vue.
Le pont amène vers une tranchée dans une courbe vers la droite, ici en vue arrière en direction de Cléron.
Le tracé croise une route secondaire ...
... et passe par un terrain à coté de la grande-route ...
... qu'elle coupe par ici.
Une deuxième visite en printemps a été nécessaire pour découvrir le remblai dans le sous bois épais en dessous de la route.
En dessous de la route et près de l'orée, le tracé continue à monter en coube longue vers la gauche.
Dans la vue aérienne on peut deviner la suite de la ligne par le changement de la végétation. En dessous du remblai il y a des sapins, au dessus des hêtres et chênes. La ligne continue à monter dans la courbe longue vers la gauche, parfois sur un remblai ...
... parfois comme tranchée ...
... pour retrouver la route vers Epeugney après une courbe d'environ 90 degrés.
Le mur peu élevé à couté de la route était le mur de renforcement au dessus de l'ancien tracé.
La route descend, l'ancienne ligne monte, ici dans la vue en arrière vers la bifurcation de la route vers Ornans.
Les deux tracés arrivent à la même hauteur. L'ancienne route contournait une colline au fond qui a été tranchée pour l'agrandissement de la route, probablement en approfondissant une tranchée déjà existante de la ligne de chemin de fer.
Après la tranchée on voit un remblai à droite de la route qui a été partiellement enlevé.
Le remblai dans la vue du champ derrière. Au bord droit de l'image on voit l'hauteur original du remblai.
Dans la patrie gauche il a été partiellement enlevé, probablement pour donner un access plus facile au pâturage situé derrière. Peut être le matériel a été utilisé pour l'agrandissement de la route.
Au dessus on le reconnait bien, modérément couvert de végétation.
Le même remblai dans la vue de la route.
En suite l'ancienne plateforme suit la route par dessus et monte légèrement.
Quand la route vers Epeugney a été agrandi et, la plateforme a partiellement dû céder.
À partir du poteau le Tacot a dû entièrement laisser sa place à la route.
Quelque mètres plus loin l'ancienne ligne re-apparaît.
Un mur de renforcement motre clairement la suite au dessus de la route.
Mais peu après le Tacot a à nouveau dû céder. Encore une fois un poteau marque l'endroit de la coupure.
Vue en arrière vers le mur de renforcement.
À nouveau après quelques mètres, la marche qui à hebergé le tracé re-apparaît.
À travers du fourré qui est impénétrable même en printemps, la ligne tourne à gauche et s'éloigne peu à peu de la route. Ici dans la vue en arrière vers les broussailles.
Peu après le tracé devient un chemin praticable, ici dans la vue en arrière vers Cléron, ...
... et donne sur un champ ouvert dans lequel il monte de manière très uniforme pour gagner l'altitude de la gare d'Epeugney. Au fond on voit les maisons du hameau Cademène.
Vue en arrière en direction de Cléron qui se cache derrière la colline boisée à droite.
De l'autre coté de la vallée on voit la plateforme comme ligne droite dans la pente, au dessus du toit rouge au milieu de l'image.
En suite on ré-entre dans la forêt, ici dans la vue en arrière vers Cléron.
Dans une courbe vers la droite (la vue en arrière) on continue à monter dans le flanc de la vallée.
À nouveau on arrive sur un champ. La ligne cesse de monter pour un moment.
Un ancien passage pour l'eau.
Voici la raison pour laquelle la ligne ne monte pas par ici: l'ancienne halte de Cademène ruinée.
La marche dans le terrain est utilisée pour stocker du bois.
Suite à l'ancienne halte de Cademène la voie continue à nouveau à monter ...
... et entre tout droit dans la forêt.
Vue en arrière vers le bas.
Legèrement courbée vers la droite la ligne traverse une clairière plus recente.
Vue en arrière vers la forêt en sapins.
Sous bois feuillu on continue à monter, ...
... on franchit un torrent ...
... et on sort vers le champ en dessous d'Epeugney.
Vue en arrière vers la sortie de la voie de la forêt.
Dans un virage serré sur un remblai peu élevé la ligne tourne vers Epeugne, toujours montant en pente égale.
... le même remblai dans la vue en arrière ...
... traverse une tranchée accompagnée par des arbres.
La tranchée sert à un chemin à travers champ plus recent et termine la courbe vers Epeugney.
Vue en arrière vers la tranchée.
Au fond on voit les maisons du bout est de Epeugney autour de l'ancienne gare.
En ligne droite l'ancien tracé va vers le bout nord-est du village, ici dans la vue en arrière. ...
... où on tombe sur l'ancienne gare.
On appelle la memoire même par deux noms de route par ici.
Après la gare la ligne quitte le village dans un virage à droite serré.
Vue en arrière en diréction de la gare.
La plateforme continue comme voie verte bien utilisée par les randonneurs à vélo vers Montrond-le-Château.
En ligne droite dans la localité ...
... vers l'ancienne gare de Montrond-le-Château qui ne semble pas d'être utilisée actuellement.
Pareillement par ici on appelle la mémoire.
Par une tranchée en légère courbe à gauche on quitte Montrond-le-Château.
Vue en arrière dans la tranchée vers Montrond-le-Château.
Sur un petit bout le tracé se réunit avec la route vers Besançon pour la quitter vers la droite peu après.
En courbe longue la plateforme continue en forme de route forestière, d'abord vers la droite et ensuite vers la gauche autour de la colline.
Encore une tranchée.
Vue en arrière, à l'autre coté de la colline.
Au bout d'un moment la qualité du chemin diminue.
... plus en plus couvert d'herbe ...
... pour enfin se perdre dans le fourré. À partir d'ici, le tracé est toujours visible pour la plupart, mais il n'est plus praticable jusqu'à sa fin.
Au dessus du hameau Le Bonnet Ronde la plateforme ré-apparaît en forme d'une série d'arbres. Entre les deux endroits il n'y a pas de chemin d'accès.
À droite du centre de la photo on voit la plateforme qui traverse la pente en dessous d'une aire de sport.
Le tracé traverse de la propriété privée.
... pour la quitter par son portail d'entrée.
Après avoir franchi la route la plateforme continue marquée par une série d'arbres et buissons ...
... qui couvrent le début d'un remblai.
La ligne contourne le hameau Le Bonnet Ronde, ici dans la vue en arrière vers Montrond. Une petite tranchée commence derrière la pile de bois en arrière plan.
La courbe égale s'est conservée comme chemin, vue en arrière.
Entre d'arbres elle continue en courbe à rayon constant.
le même bout dans la vue en arrière,
... pour joindre la route vers Besançon, vue en arrière.
... et encore une vue en arrière, un peu plus loin.
La continuation dans la dépression n'est plus visible. Dans la pente en face on retrouve la plateforme en forme de série d'arbres discontinue, ici dans la vue d'en haut en direction vers le hameau Le Bonnet Ronde.
Avant le hameau Les Clairons la série de buissons devient à nouveau plus dense.
Dans le hameau Les Clairons la plateforme traverse de la propriété privée pour ensuite rejoindre la route par un remblai couvert de végétation, vue en arrière.
L'ancienne tranchée à travers la colline à du céder le carrefour de la nouvelle route départementale. Au bord droit de la photo, au coté gauche du panneau en bleu-blanc on voit encore la tranchée du Tacot (vue en arrière).
Quelque mètres plus loin le tracé coupe la route. La plateforme était située à droite de la route vers la sortie d'aujourd'hui (vue en arrière)
En suite un remblai bien visible à coté de la route dans une courbe à gauche.
Une petite ouverture pour un torrent marque bien le caractère artificiel du remblai sous arbres.
En suite, la ligne franchit un champ court dans lequel il n'y a plus aucune trace. Le remblai est marque par la série d'arbres en arrière plan au milieu de la photo.
On coupe une route secondaire en angle droit. Par ici, une tranchée a dû être remblayée, puis qu'on voit bien la plateforme en suite au niveau plus bas.
Une série d'arbres marque la suite.
... sur un petit remblai.
... qui amène à nouveau vers une tranchée remblayée.
Après ceci on se dirige vers la route départementale.
... vue en arrière vers la tranchée remblayée entre le les deux champs à maïs ...
Par ici on joint la route départementale.
Après avoir contourné une colline on arrive au dernière vestige de la ligne avant le tunnel sous la citadelle de Besançon, la gare "Larnod-la-Gare*
De Larnod-la-Gare la ligne empruntait la route vers Besançon, qui descende dans la pente vers Beure. Par ici il n'y a plus de traces. Par des anciennes photos de ce tronçon qui montrent des compositions longeant les rochers dans la falaise on comprend pourquoi les rails ont dû céder. Avec la circulation d'aujourd'hui il serait simplement impossible de partager la route de manière pareille. Dans la vallée du Doubs il y a un chemin en accotement de la route. Il aurait pu servir de plateforme de chemin de fer.
Après avoir franchi une route qui traverse le Doubs par un pont, le chemin longe le bord du Doubs en ligne droite, cependant la route contourne la zone industrielle de manière trop accidentée pour un chemin de fer.
Vue en arrière vers Beure
Un demi kilomètre plus loin le chemin et la route principale se réunissent.
D'ici on continue en commun avec bien d'espace au bord du Doubs, vue en arrière vers Beure.
On arrive au tunnel sous la citadelle de Besançon. Arrivant ici je n'ai plus eu le temps pour chercher l'autre portail et visiter le terrain de l'ancienne gare Besançon Rivotte. ça viendra encore ...
up
bernhard p lang a gmx p ch
Last modified: 0000-00-00 00:00:00