corpet
gare-ta
blanc-misseron
buffaud

Pontarlier - Foncine-le-Haut

La ligne prenait son origin à la place de la gare de Pontarlier.
La halte se trouvait à coté du collège, en face du palais de la justice, environ devant cette plaquette.
De la gare le tacot prenait la "rue Tissot" appellée "rue du Tram". Le petit bâtiment à été détruit. Il passait dans la rue étroite devant l'église ...
... pour gagner la place Saint-Bénigne, ici en vue vers l'église et la gare.
Au bout de la place Saint-Bénigne, les railes tournaient dans un virage serré vers la rue de la république ("Grand rue").
La ligne franchissait le Doubs par ce pont ...
... pour traverser la chaussée et traverser le faubourg Saint-Etienne.
Voici l'ancien café du tramway, endroit de la premier halte après avoir quitté la ville de Pontarlier Le bâtiment existe encore.
Au lieu-dit "les trois ponts" l'ancienne ligne franchissait les lignes à voie normale Pontarlier-Neuchâtel et Pontarlier-Vallorbe. La voie à droite sur le pont a été démontée à la fermeture de la ligne vers Valorbe.
Le pont des lignes PLM Pontarlier-Vallorbe et PLM/SNCF Pontarlier-Neuchâtel de la route vers Vallorbe.
Le pont du tramway a été remplacé par une construction en béton. Aussi les autres deux ponts n'ont pas tout-à-fait gardé leurs caractères.
La voie continuait au bord du Doubs implantée dans la chaussée.
En face le fort de la Cluse.
À Oye-et-Pallet, le bâtiment de la gare existe toujours, bien que à peine à reconnaître ...
... si le proprietaire d'aujourd'hui n'aurait pas la gentilesse de le nous indiquer.
En face l'ancien hôtel de la gare.
En suite, le tacot franchissait le Doubs par un pont commun avec la route. Ce pont a été détruit dans la deuxième guerre. Le tacot continuait à emprunter le pont . Les piliers du pont provisoire construit après la guerre sont toujours là.
La ligne longeait en suite la route avec une vue magnifique sur le lac de St. Point.
sans mots ...
Avant de tourner à droite pour suivre le bord est du lac voici une petite tranchée cachée derrière la maison pour gangner un peu d'éspace avant le virage serré.
On voit encore bien le remblai dans le virage où il se trouvait la halte de Chaon.
Le même remblai par la route au debut de la courbe à 90 degrée. En suite, la ligne continuait à longer la route. Il n'y a plus des traces.
À Chaudron la suite des bâtiments est conservée depuis les jours du tacot.
une fontaine couverte accollée à une maison, une grange/halle à marchandise ...
.. et la halte.
Elle est en bon état et semble d'être utilisée.
Après la localité un retrouve pour une centaine de mètres un remblai en courbe dans la pente qui franchit une dépression du terrain peu profonde.
En suite il n'y a plus des traces jusqu'à Malbuisson. Le Hôtel du Lac a encore connu le tacot. À l'époque on aurait vue les rails passer de la gauche au premier plan vers le fond à droite. À l'endroit de la maisonette de l'information touristique d'aujourd'hui se trouvait le chateau d'eau. La était située derière.
Vue sur le lac à l'issue de Malbuisson. Il est fin mars et il y a encore de la glace sur l'eau. Tenant compte que les hivers à l'époque étaient plus dur qu'aujourd'hui on peut s'imaginer que la vie n'était pas facile par ici.
Au même endroit en dessous de la route. Ce qu'on voit sous arbres n'est pas la route, c'est un chemin qui la longe en contrebas. Je pense qu'il s'agît de la plateforme de l'ancienne ligne.
Il est bien praticable.
Peu avant Granges-Ste-Marie ce chemin est interrompu par une maison. Après, l'ancienne plateforme est bien visible.
un remblai de quelque mètres à l'entrée de Granges-Ste-Marie. La halte n'existe plus. Le tramway franchissait la ligne PLM Frasne Vallorbe par un passage inférieur en commun avec la route.
Tout de suite après ce passage la ligne quitait la route pour passer en contrebas du village de Labergement Ste-Marie ...
... pour rattraper la route avent franchir le Doubs sur le pont en comun avec la route.
Plusieurs projets proposaient un raccordement entre la ligne à voie métrique et la gare de la ligne Frasne-Vallorbe. Voici la gare de Labergement Ste-Marie de la même ligne. Ces projets n'ont pas vue leur réalisation.
Le pont sur le Doubs à l'aire d'être encore dans son état original. La gare de Labergement Ste-Marie se trouvait sur le rive droite. Il n'y a plus des traces. L terrain est utilisé pour un parking.
La ligne passait ensuite par la halte du Pont-de-Lhaut. Le pont existe toujours. Il a été integré dans le pont routier qui a été construite pour l'élargissement de la route. En suite il suivait une rampe importante vers Brey.
Avant Brey il avait un tunnel, le seule de la ligne. Il se trouvait probalement vers la tranchée enorme qui avait été creusé pour la nouvelle route.
Après Brey on retrouve la plateforme qui se separe de la nouvelle route. Dans la pente en face elle contournait la partie supérieure de Brey ...
... pour regagner la route à l'issue. Qu'est-ce que c'est sur le remblai au fond?
Voici le dernier train qui circule encore sur la ligne.
Jusqu'à Gellin, la ligne suivait la route. À Gellin, dessous l'église, on reconnaît le remblai qui entre dans le village.
Le même remblai dans la vue en arrière vers Brey
Le bâtiment de l'ancienne halte est toujours là et sert comme halte de la ligne de bus.
Entre Gellin et Sarrageois une route étroite longe la route principale. Elle est trop accidentée pour une plateforme.
Le fondement de l'ancienne halte?
À l'issue probablement une trace de la plateforme en acotement de la route.
On s'aproche de Moute, terminus de la ligne jusqu'à 1927. Pas des traces jusqu'à Mouthe.
La gare de Moute se trouvait à l'issue vers Pontarlier. Il n'y a plus des traces par ici. Lors du prolongement vers Foncine-le-bas, le village était contournée. Aujourd'hui une rue suit l'ancien tracé. Ici, on est à l'issue sud-ouest de Moute. La ligne re-joignait la route venant de gauche devant la maison avec toit rouge à gauche du centre de l'image. En suite, elle suivait en accotement. Les haies et clotures un peu retirés marquent probablement sa position. La suite de la ligne est très bien documenté sur le site de Stéphane Vercez avec des plans et cartes de l'époque. On continue quand même notre visite.
Avant La Petite-Chaux, la ligne coupait la route pour gagner le terrain de la gare. La gare de La Petite-Chaux est encore là ...
Façade e face.
C'est la forme typique d'une gare de premier classe. La maison contenait le bureau du chef de la gare et la salle d'attente. L'étage servait comme logement pour le chef e la gare. Accollée à la maison la halle à marchandise avec un grand portail. Ceci est le coté rue. Les rails se trouvaient à l'autre coté.
Elle est actuellement à louer.
Le CGC "Chemin de Grande Communication" était bien plus étroit que la route d'aujourd'hui. Le village même était contourne en contrebas. J'ai raté une légère tranchée, endroit à revisiter.
Vers Chaux-Neuve la route monte dans la pente pour joigner la route en provenance de Crouzet et redescendre tout de suite après. La ligne, était-elle construite de façon si économique qu'elle suivait la route même par ici?
La maisonette au millieu du champs entre La Petite-Chaux et Chaux-Neuve est en fait la halte de Crouzet. C'est quand même bizare, il y avait deux haltes entre les gares de La Petite-Chaux et Chaux-Neuve.
Mêma la plaque est encore là.
Vue vers Petite-Chaux. En le savant on aperçoit une trace dans le champ dans la vue aerienne.
et d'un peu plus loin vers Chaux-Neuve. J'ai raté le passage à niveau avant le village. La ligne le traversait entre la rue principale et l'église.
L'ancienne gare de Chaux-Neuve est utilisé par un particulier. La comune de Chapelle-des-bois proposait une ligne de tramway reliant Morez et Chaux-Neuve. Ce projet na pas été realisé, 350 mètres d'altitude sur huit kilomètres, des couts d'environ dix millions, c'était simplement trop pour une population de quelque familles ... La gare de Chaux-Neuve était le terminus de la ligne pendant les derniers ans de son exploitation car le pont à Foncine-le-Haut à était détruit.
La Chaux-Neuve vue de l'entrée de Chatelblanc. Au millieu, peu à gauche de l'église il y a la gare. La ligne passait derrière les maisons. Au premier plan les premiers mètres du Doubs.
Dans la prolongation droite de la route auf fond on s'aperçoit une trace dans le champ vers la gauche.
Cette trace coupe un chemin à travers champ en forme d'un double S ...
... mieux visible en suite.
À l'endroit où cette trace coupe le chemin, l'ancienne plateforme est à nouveau bien visible. La ligne évitait Chatelblanc à cause de la descente vers Foncine-le-Haut.
Vue en arrière vers Chaux-Neuve. Le dimanche matin c'est une route idéal pour faire du vélo, peu de circulation. L'après-midi il y a bien plus de circulation.
Vers Chaux-Neuve un peu plus loin.
Du balast sur le remblai.
Voici un ancien passage à
Vue en arrière, le remblai est marqué par les bouissons et les arbres, vue vers Chaux-Neuve.
Et un peu plus loin, encore une vue en arrière.
On s'aproche du point cumulant de la ligne vers les poteaux au fond. Par ici, il y avait la halte de Chatelblanc qui n'existe plus.
À son point cumulant la ligne coupait le col avec une tranchée profonde. Elle a été remblayée en direction vers Chaux-Neuve. La route emprunte toujours le pont qui la franchissait. Mais il n'est plus à reconnaître dans la tranchée remblayée.
En suite, la plateforme franchissait une dépression par un remblai en tournant à droit pour gagner la pente droite de la vallée vers Foncine-le-Haut. Au fond au millieu on voit les maisons du hameau "Sur la Côte" au dessus de Foncine-le-Haut.
Le tracé coupe ce chemin et entre dans une tranchée cachée par les arbres à droit.
Le tracé continue à descendre, marqué par des arbres en arrière plan au milieu de la photo.
La tranchée.
et la plateforme dans la vue e arrière vers Chatelblanc.
On y entre.
Encore une vue en arrière.
La tranchée est bien profonde. On aurait prèsque pu percer un tunnel.
La plateforme en suite.
Vue en arriere, on remarque le remblai élevé sous arbres qui suit la tranchée.
On continue à descendre dans la pente, très agréable a marcher dans l'herbe.
À travers un remblai peu élevé ...
... vue en arrière ...
on entre dans une autre tranchée moins profonde. Apparament, on passe souvent par VTT par ici.
Encore un remblai emportant, en maçonnerie.
Le remblai finit soudain, un pont ou un remblai qui a été enlevé
L'emplacement de la tête en face est à peint visible.
Sur la tête du pont / du remblai dans la vue vers la route de Chatelblanc à Foncine-le-Haut.
Et la tête du pont prise de la route.
En suite on continue dans la pente vers Foncine-le-Haut en rampe importante.
La plateforme a dû être taillée dans les rochers, vue en arrière.
Un mur de soutenement stabilisait la plateforme dans la pente raide.
par terre du ballast.
On continue dans la pente, toujours au dessus de la route en la suivant.
Vue en arrière.
On s'ext éloigné un peu de la route, une petite trenaché en courbe ...
... pour à nouveau regagner la position au dessus de la route vers Foncine. Par fois sous arbres ...
... par fois à travers des champs ouverts on se raproche de la route ...
... une borne kilométrique ...
... pour finir soudain dans le soubois quelque mètres avant l'entrée supérieure de Foncine-le-Haut.
On a dû quitter la plateforme derrière la maison à droite. De la route on voit bien la continuation de la plateforme dans la pente ...
Qui finalement joint la route sur le terrain d'un jardin.
La plateforme suit la route en accotement peu elevé.
Par ici elle a dû céder l'élargissement de la route. La ligne la suivait environ 1.5m au dessus et continuait à l'endroit marqué par les arbres.
Quelque mètres plus loin la tête de l'ancien pont métallique de Foncine-le-Haut.
L'autre tête est situé au bout de la série de maisons à gauche.
en suite, la plateforme continuait tout droit en contrebas de l'église. Le mur de soutenement vers le cimetière est encore bien conservé.
Au bout de quelque disaines de mètres la rue d'aujourd quitte l'ancienne plateforme ...
... qui continue derrière les maisons. On voit bien les deux murs de soutenement et la plateforme au milieu.
Sur le terrain de l'ancienne gare, dans le bâtiment des ateliers une menuiserie s'est installé.
Puis au bout du terrain la gare de Foncine-le-Haut. C'est une gare de premier classe agrandie, trois portes / fenêtres au lieu d'en deux dans la partie principale. Et la halle à marchandise avait deux portails. Aujourd'hui il y a trois fenêtres à leur place. D'ici la ligne continuait vers Foncine-le-Bas où il y avait correspondance vers Champagnole et vers Clairvaux-le-Lac et St. Claude ou Lons-le-Saunier.
La même gare par en haut. On voit encore le toit de la halle à marchandise plus large qui a été utilisé pour élargir cette partie de la maison. De cette coté de la gare il y avait quatre voies, une plaque tournante, un chateau d'eau et une remise/atelier qui est encore conservée, cachée par les arbres à gauche.

bernhard p lang a gmx p ch
Last modified: 0000-00-00 00:00:00