corpet
gare-ta
blanc-misseron
buffaud

Pontarlier - Andelot-en-Montagne - Salins-les-Bains

introduction

Levier - Villers-sous-Chalamont

Après la gare la voie suit tout droit en franchissant la route vers Cabette et Villers-sous-Chalamont.
On devine bien la voie par les clôtures qui la suivent ...
... et des remblais peu elevés.
Jusqu'au croisement avec une route secondaire elle est bien praticable.
En suite elle a du longer à-peu-près ce chemin qui, par contre, tourne dans un virage trop serré pour le train, sans laisser aucune trace d'une continuation du chemin de fer. Seulement l'image de satellite motre qu'au fond à droite une tranchée a du être remblayée. Quelque centaines de mètres plus loin on voit la suite du tracé en continuation d'une ligne droite depuis la gare de Levier.
Aussi de la route qui la suit à distance en parallel on reconnaît bientôt la voie.
Située au millieu du champ elle n'est pas praticable ici.
Un arbre moins elevé marque la traverse d'un bout de forêt.
Au millieu du champ en suite on voit qu'apparament un paysan a fait l'effort d'enlever le remblai, son voisin ne l'a pas touché.
De la route en parallèle la voie s'aperçoit toujours comme linge droite ...
... et par des remblais peu elevés.
Par un chemin presque tout couvert ...
... on arrive sur une route secondaire vers Villeneuve-d'Amont qui a quitté la route en parallèle de la voie peu avant.
L'entrée dans les broussailles en face est à peine à reconaître.
À travers d'une tranchée en dessous de la route et bien couvert par la végétation ...
... la voie gagne l'ancienne halte d'Hyoche, qui a été transformée en place de grillade (vue en arrière).
Un panneau au point de tangente avec la route indique l'ancienne halte.
La voie continue couvert d'herbe vers la droite
... et donne sur une série de ruches installés au milieu de la trace. Ici commence le tronçon le plus difficile à suivre. Aussi en venant de la gare de Villers-sous-Chalamont la redécouverte se présente difficile parce que la ligne gagne la gare par deux courbes qui ne sont pas à reconnaître comme plateforme de chemin de fer. En plus, il n'y a pas de route praticable qui traverse le terrain en question un peu embrouillé et d'une largeur de plusieurs kilomètres carrés. Seulement la photo de satellite donne une indication claire.
Après les ruches la voie est absolument impraticable dans le fourré et très pénible à suivre à travers les broussailles et le sous-bois. Attention aux tiques!
On devine une tranchée bien profonde dans le bois.
Apres quelque centaines de mètres, la végétation sauvage s'ouvre vers un champ vaste qui est traversé par un remblai bien marqué par la végétation qui le couvre.
Le remblai lui même n'est pas praticable ...
... et finit soudain dans le champ sans laisser aucune trace en suite dans le champ, un pâturage sans chemin à travers.
Par les arbres situés de manière un peu irregulière dans l'orée en face on peut supposer l'endroit d'entrée dans la forêt.
À l'autre coté du champs en venant de Villers-sous-Chalamont on retrouve façilement la voie, quand le champ et l'endroit en question sont retrouvés. La supposition se motre d'être justifié. ça continue par ici.
Bien couverte, la voie traverse la forêt
... et donne à nouveau sur le pâturage.
Vue en arrière vers la forêt
Longeant l'orée, la ligne passe par une tranchée peu profonde.
Vue en l'arrière.
La ligne traverse le pâturage en montant légèrement, pratiquement sans des traces remarquables. Seulement de l'orée en face et au dessus vers le sud-est on s'aperçoit de la faible marche dans le terrain.
En suite, l'ancienne voie longe le chemin à travers champ en direction vers Villers-sous-Chalamont, marquée par les buissons au centre de l'image.
Brousailles et de l'herbe elevé à coté de la route de Villeneuve-d'Amont vers Villers-sous-Chalamont, qui suit le prolongement du chemin à travers champ, montrent clairement la suite de la voie.
Dans la vue en arrière on reconnaît bien la voie à droite de la route.
Des traces dans le champ en suite continuent en prolongation droite et donnent à travers quelques buissons sur un nouveau bâtiment d'étable qui est placé pile sur l'ancienne voie.
Derrière l'étable, la voie traverse la route Villeneuve-d'Amont - Villers-sous-Chalamont et semble de continuer come chemin à travers champ couvert des cailloux qui resemble fortement le ballast du chemin de fer. La vue satellite montre quand même une série de traces en ligne droite peu éloignée du chemin vers la droite. Des inégalités dans le même suggèrent qu'il ne suive qu'à-peu-près l'ancienne voie.
Après la colline on continue tout droit sur l'ancien ballast.
On reconnaît la voie de la route Villeneuve-d'Amont - Villers-sous-Chalamont comme linie droite dans les champs au fond devant l'orée.
À l'entrée de Villers-sous-Chalamont la plateforme semble de tourner sur la route Villers-sous-Chalamont - Arc-sous-Montenod par un virage serré vers la gauche. La photo satellite montre quelques traces dans le champ à gauche qui permettraient un tracé en courbe moins serrée. Cet endroit sera à revisiter.
L'ancienne rue de la gare quitte la rue centrale en angle droit. Apparament, il y avait un autre virage serré vers la droite qui a disparu sous les nouvelles maisons construites au bord de la route.
La gare est occupée. Le bâtiment a été agrandi sur le coté vers le centre du village.
up
bernhard p lang a gmx p ch
Last modified: 0000-00-00 00:00:00