corpet
gare-ta
blanc-misseron
buffaud

Pontarlier - Andelot-en-Montagne - Salins-les-Bains

introduction

Andelot-en-Montagne - Salins-les-Bains

La ligne continue comme voie de tram Salins-les-Bains - Andelot. De la gare elle longeait les rails du PLM. Peu après elle les a quitté en diréction d'Andelot pour les franchir en diréction de Pont-d'Héry par un passage inférieur. De premier vue il n'y a plus des traces.

Une ancienne photo montre le Tacot en quittant la gare en direction de Pont d'Héry après avoir franchi un embranchement particulier de la voie normale vers une scierie. Sur une autre photo on voit le Tacot manoeuvrer devant la gare PLM. Voyons donc qu'est-ce qu'on trouve comme traces autour de la gare d'aujourd'hui.

En suivant le perron à partir du bâtiment de la gare vers le sud on devine la continuation du remblai du Tacot entre les buissons.
Caché sous le fourré il y a du terrain couvert de ballast à coté du perron. Au fond on devine la bifurcation des lignes SNCF vers Mouchard à droite et vers Champagnole à gauche. La tiege rouge au bout du perron est située exactement devant le point de bifurcation au fond. Le passage inferieur du Tacot se trouvait encore devant cette bifurcation. L'ancienne photo doit donc avoir été prise quelque part par ici. L'ancienne scierie est situé à l'autre coté du fourré.
Allons donc vers le passage inférieur après la gare, ici en direction vers Pont-d'Héry.
En fait, on touve une trace directement après le passage en direction d'Andelot qui est coubée vers la gare, un peu difficil à voir sur la photo. La trace amène dans la forêt.
Vue en arriere, on voit le passage inférieur à droite au bord de la photo. La plateforme va de la gauche au premier plan par la position du buisson au milieu vers la route au fond à droite.
Dans la forêt le tracé est bien visible en forme d'une tranchée.
Vue en arrière vers le champ.
À travers les buissons on arrive aux voies SNCF en proximité de la gare. Dans la ligne de contact on voit l'indication de la fin de la ligne caténaire sur le tracé vers Champagnole peu avant la bifurcation. Précisément par ici a dû se trouver le dernier waggon du Tacot sur l'ancienne photo, parce qu'on voit le train s'éloigner un peut de la ligne PLM ver le bas, ce qui correpsond exactement à la situation dans le fourré à coté du point de vue. Est-ce qu'on va trouver aussi la position de l'embranchement particulier vers l'ancienne scierie? Celle-ci on retrouve facilement comme bâtiment abandonné et ruiné à cote du chemin entre la gare et le passage inférieur déjà visité.
Et en fait, on trouve les anciens rails. Voir l'indication "fin de ligne de caténaire" dans la ligne de contact. Le passage en bois est aussi visible entre les rails du Tacot et la ligne PLM sur l'ancienne photo. Le croisement des rails sur l'ancienne photo doit être directement derrière nous.
On n'arrive presque pas le croire, dessous la végétation on le decouvre, à droite voie normale, à gauche Tacot! Il'sagît du seul rail du Tacot qui a survi jusqu'à nos jours sur tout le réseau de Pontalier. Combien de ce croisement rest-il encore?
À droite Tacot, à gauche PLM embranchement particulier.
Et encore un "croisement des rails" on peut decouvrir, à droite du plie voie normale, à gauche Tacot.
En suite à droite PLM, à gauche Tacot.
La situation en direction vers la gare.
Retournons après cette joli decouverte vers le passage inférieur déjà visité. Une automotrice quitte la gare d'Andelot en diréction de Champagnole.
Le passage inférieur à travers les lignes PLM/SNCF de l'autre coté.
Après le passage inférieur on devine le remblai à gauche de la route couvert par des broussailles.
Au pied d'une montée de la rue, la voie s'éloigne à peine visible vers la gauche, dans la bifurcation d'un chemin forestier.
Un peu plus loin la voie est mieux visible dans une tranchée qui contourne la colline.
Dans la suite la ligne devient chemin forestier droit.
Du ballast motre l'origin comme chemin de fer.
À l'autre coté de la colline--la route à passé tout droit au dessus "à la française"--la route tourne nettement à gauche et dans ce virage la voie du tram revient par une tranchée profonde taillée dans les rochers.
Après avoir franchi la route la voie continue en face à descendre comme chemin forestier bien praticable en descendant sur le coté droit de la vallée.
Près de l'orée la ligne conduit légèrement courbée à travers quelque tranchées vers le fond de la vallée.
On arrive sur un champ ...
... qu'on traverse pour gagner une rue venant de Pont-d'Héry.
Vue en arrière à travers le champ.
La gare de Pont-d'Héry se trouve au bord de la route pas loin de la forêt qu'on vient de quitter.
En sortant de la rue au fond à gauche la ligne traversait le champ devant l'église
... pour entrer dans un tunnel court caché derrière l'entrepôt.
Le portail supérieur du tunnel est presque entièrement couvert par gravats.
Le portail inférieur est couvert par la nouvelle route. En suite, la voie passait à nouveau sur le coté droite de la vallée et continuait sur un remblai au dessus de l'ancienne route étroite, impraticable et cachée dans les broussailles.
Par un viaduc au dessus du village de Fonteny la ligne franchit un torrent. Le remblai est bien visible au dessus de la route, parfois imprunté comme terrain plat pour construire des maisons. À un endroit pareil il se trouvait probablement aussi une halte qui a maintenant disparu.
En suite, la voie va à travers champ, toujours au dessus de la route
... ici bien proche.
La route a traversé la rivière et emprunte maintenant la rive gauche. La voie reste toujours dans la pente droite de la vallée.
Un panneau indique une traversée de la rivière.
De la route qui se trouve ici bien plus haute sur la rive gauche on voit le pont au fond de la vallée.
La voie reste toujours peu praticable
... et gagne la gare ...
... de Moutaine-Aresches.
La ligne continue tout droit et devient chemin privé peu après.
Quelque centaines de mètres plus bas on la retrouve comme chemin couvert d'herbe qui coupe une impasse descendant du parking en face du restaurant "Relais de Pont-d'Héry" au bord de la route vers Salins-les-Bains.
À l'autre coté de l'impasse la voie se perd dans les broussailles.
D'ici on ne peut suivre la voie qu'en regardant vers le bas au bord de la route. Elle franchit un torrent par un viaduc en dessous de la route ...
... et coupe en suite la pente par une tranchée bien profonde.
À travers champ en dessous de la route elle rejoint celle-ci peu à peu.
Quelque traces dans le pâturage montrent la suite de la voie ...
... jusqu'à ici où la voie coupe la route ...
... pour la suivre au dessus dans les broussailles.
Peu avant la halte disparue Le Martinet la voie franchit une vallée transversale par un viaduc en béton bien conservé et contourne le village, puis en suite une zone industrielle par la gauche.
Le pont de l'autre coté.
On peut aussi marcher dessus.
Le pont donne sur un chemin sous arbres au dessus du hameau Martinet.
Au bout du pont on ne nous laisse pas passer. La ligne traverse un pâturage de moutons.
On retourne donc, vue en arrière vers Moutaine-Aresches.
À travers du terrain du centre de l'exploitation routier de Salins-les-Bains ...
... la voie gagne la gare de Salins-Champtave.
Ensuite elle passe par une tranchée courte, ici pour une fois praticable comme chemin goudronné,
... mais pas long temps. Peu après la voie quitte la route vers la gauche. On la voit au dessus, remplit par du bric-à-brac.
... derrière une maison qui emprunt le remblai comme terrain plat. Le chemin donne sur une route ascendant.
En face à nouveau que des broussailles, et ensuite une piscine privée qui emprunt l'ancienne voie.
Vue par le bas, la voie est occupé par un entrepôt. Ici, "Le Tacot" mentionne un court tunnel. Dans le terrain il n'est pas clair par où ce tunnel devrait avoir été nécessaire. D'autre coté, le tunnel après Pont-d'Héry n'est pas mentionné, une méprise?
La voie tourne à droite en descendant ...
... vue en arrière ...
... et franchit la Furieuse par un pont,
... un pont qui donne sur la place de la gare de Salins-Bracon.
On se demande si la bagnole stationnée devant l'ancienne gare a encore vue passer les autorails du Tacot à travers de la place. Mais non, par rapport aux voitures des années trente celle-ci est un modèle top moderne.
La gare de Salins-Bracon est la dernière trace visible de la ligne avant son terminus à la gare de Salins. La voie suivait les rues dans la ville de Salins en suite où il ne reste plus aucune trace.
Voici le terminus de la ligne sur l'areal de la gare de Salins, station de transbordement vers la ligne PLM à voie normale Mouchard - Salins-les-Bains.
up
bernhard p lang a gmx p ch
Last modified: 0000-00-00 00:00:00