corpet
gare-ta
blanc-misseron
buffaud

Villefranche - Tarare


Villefranche-sur-Saone - Tarare afficher une carte plus grande

On commence la visite de la ligne à Tarare. Je n'ai pas trouvé un bâtiment gare au centre ville. Un demi kilomètre après son terminus la ligne avait un embranchement vers la gare PLM de Tarare, bâtiment typique pour une gare PLM.
Le Tacot gagnait la place de la gare PLM en rebroussement de la gare Tarare-ville par la rue à droite en rampe. Entre Tarare et Pontcharra-sur-Turdine la ligne suivait la route, aujourd'hui une route nationale à quatre pistes. Il n'y a plus des traces. Aussi la gare à Pontcharra n'existe plus.
Voici la première trace, un court chemin en impasse à coté du rondpoint à l'issue de Pontcharra vers Arbresle et Lyon.
Peu après, la ligne contournait une petite coline coupée droit par la route d'aujourd'hui. L'ancienne ligne rejoint la route à ce portail.
La serie d'arbres couvre le remblai qui amène la ligne vers Sarcey.
À Sarcey, la ligne fesait une courbe en angle droit au carrefour devant nous. La gare se trouvait dans la courbe au fond à droite devant la maison avec le volet bleu. La ligne partait vers la droite en direction de Pontcharra.
L'emplacement de la gare dans le champ en face.
La ligne descende vers Pont-Tarrets.
Chemin très agréable à rouler en velo.
La ligne arrive derrière les arbres pour croiser un chemin à travers champ.
Au bout de la route on trouve pour la premier fois un bâtiment dans la forme typique des Chemins de fer du Beaujolais, au lieu-dit Charpenay, aussi aujourd'hui qu'à l'époque implantée dans la nature loin des habitats.
En face un panneau sympa nous montre la direction à prendre ...
... un chemin à travers champ, ici dans la vue en arrière vers la gare Charpenay.
Dans la forêt le tracé serpente pour descendre vers la gare de Pont-Tarrets.
Tranquillement et loin de la circulation routière on suit le chemin.
Au bord on trouve des restes de poteaux, probablement la ligne télégraphique qui suivait le chemin de fer. Il n'était pas électrifié.
À travers d'un espèces de tunnel vert ...
... on arrive vers un ouvrage d'art important, un viaduc qui enjambe une vallée laterale.
On continue dans la forêt en dessous de la route en rampe forte.
Une balustrade ...
... et des murs de soutenement motrent qu'il ne s'agît pas d'un chemin forestier normal.
Le chemin devient trop raide pour un chemin de fer en adhésion. Probablement, le remblai à du partir pour un enlargissement de la route.
Derrière la maison au bord de la route le remblai se termine.
La rampe vers Charpenay commencait par ici.
Au fond de l'aire en gravier un retrouve le même panneau qu'auparavant.
Le tacot passait par ici pour franchir l'Azergues et la ligne PLM Lyon - Paray-le-Monial.
La gare PLM/SNCF de Bois-d'Oigt.
Après cette gare, la ligne remontait. Le mur de soutenement dessous l'arbre au fond montre la direction à prendre.
On garde la mémoire.
La ligne monte en rampe forte vers Bois-d'Oingt.
Vue en arrière
On croise une route secondaire ...
... et entre un chemin derrière la haie dans la pente.
Le balast par terre montre le passé du chemin. C'est dur à rouler en velo là-dedans.
Vue en arrière, on continue quelque mètres ...
... pour traverser la route qui monte vers Bois-d'Oingt.
L'arbre montre la suite de la plateforme.
Derrière l'arbre de la proprieté privée.
Derrière une aire de jeu et une halle on retrouve la ligne comme rue ...
... qui amène à la gare de Bois-d'Oingt.
Aussi l'ancienne halle à marchandise est bien conservée.
En face on voit le tracé continuer à monter dans la pente.
Aussi par ici on garde la mémoire.
La ligne va faire une grande boucle au fond de la vallée pour gagner de l'altitude.
Vue en arrière un peu plus loin.
Une traverse a trouvé une nouvelle destination. Il y a encore des trous pour les visses qui fixaient les rails.
On entre dans la forêt.
Au fond de la vallée la ligne tourne par 180 degrées et franchit une route par un pont metallique.
Aussi par ici les trous pour des fixations des rails.
Le même pont par dessus.
Une chicane empêche des véhiculs plus lourdes de passer sur le pont.
On continue la courbe sur un remblai pour re-sortir de la vallée, vue en arrière.
Pour faire une telle, même un chemin de fer à voie métrique a besoin de la place, donnée par une tranchée bien profonde dans la pente.
On continue sous abres.
Encore un pont ...
... et une chicane ...
... et a nouveau une tranchée.
On sort de la forêt ...
... en face de Bois-d'Oingt et sa gare.
La halle à marchandises est bien visible, le bâtiment de la gare se cache derrière un arbre.
Un peu plus loin une belle vue vers Tararé. On a traversé le plateau sur l'arrière plan.
La ligne continue à grimper vers Frontenas et Theizé.
Vue en arrière.
La ligne arrive sour le petit col comme chemin à travers champ.
Quelle bonne idée, ce qu'on a installé sur l'ancienne plateforme. Puis, il est temps pour sortir le casse-croute. On va le manger ici.
On continue en ligne droite sur goudron, très agréable a cycler.
Peu plus loin on s'approche à Theizy, après une grande boucle au fond de la vallée à gauche. On voit le tracé remonter dans la pente en face.
Theizy et le tracé dans la pent en dessous.
Une tranchée permet de gagner la place pour retourner ...
... sur un remblai important.
Derrière la cave de la coopérative le tracé par lequel on est venu.
Vue en arrière, on remonte ...
... vers la gare de Theizy.
Après la gare de Theizy on continue à monter pour gagner l'altitude du col vers Ville-sur-Jarniuox.
Toujours une bonne idée.
La surface change.
Dans la forêt près de l'orée vers les vignes on s'aproche ...
... à un pont metallique qui franchit la route d'accès d'une carrière.
Avait-il un embranchement particulier par ici ou une voie d'évitement?
On continue par une piste battue.
Ce chemin quitte la plateforme qui lui même devient impraticable.
De la route on la voit quand même.
Peu plus loin le tracé joint la route pour un petit bout.
On va voir vers le bout impraticable.
Encore sur chemin à travers champ ...
... un acien poteau. La plateforme est couvert de végétation.
La vue sur la vallée de la Saône d'ici est magnifique.
Je retourne vers la route. Autour du coin la ligne quitte la route à nouveau.
La ligne dans la pente en face. Elle garde l'hauteur tandisque la route descende et remonte pour passer au hameau de Bonave.
Vue en arrière vers la route.
On passe derrière les maisons de Bonave.
On croise une route secondaire.
Vue en arrière vers Bonave.
On se dirige vers la Croix Chervet.
On sort à coté d'une entrée de garage privée.
Ce chemin du tacot nous amème vers Ville-sur-Jarnioux.
En face la plateforme? Non, c'est une route.
L'autre bout du chemin ...
...se trouve sur le terrain de la gare de Ville-sur-Jarnioux.
La gare un peu transformée.
Le chemin continue.
Voici la suite de la plateforme, en face dans la pente, en contrebas du hameau Saint-Roch. On suit la ligne qui descende autour de la colline.
À l'autre coté de la colline la ligne utilisait la vallée en contrebas du hameau Cosset pour faire une boucle et gangner de l'altitude dans la descente vers Jarnioux.
Le tracé en face au millieu de la photo.
La ligne descende dans la pente en face.
Toujours tout droit.
La ligne passe par Jarnioux en surplomb, à l'aide d'un beau viaduc.
Encore mieux un peu plus loin.
Et de plus proche.
Plus loin on nous dirige.
Un indicateur ...
... et voici le bâtiment de la gare.
Le remblai vers le viaduc.
En face l'église et le château.
On continue dans la pente ...
... et plus loin ...
... pour arriver au viaduc.
Le tracé continue comme piste battue.
Il est devenu trop tard pour continuer plus loin. Je dois retourner pour encore gagner mon quartier à Perréon, situé sur l'autre ligne importante des Chemins de fer du Beaujolais. Ici le viaduc par le haut.
Le tracé continue en haut de la vallée comme sentier.
On arrive à Pouilly-le-Monial.
Malgré de l'indicateur, il n'y a plus de gare ici.
On voit la plateforme en haut dans les vignes.
Derrière les pompiers, la plateforme.
Par ici l'ancienne ligne joint la route pour rester implantée dans la rue jusqu'à son terminal.
La gare de Lieurgues. D'ici, la ligne suivait la route de Tarare et ensuite, au centre ville, la rue Victor Hugo.
On arrive au bout de la rue Victor Hugo au carrefour avec le Boulevard Louis Blanc ...
... pour nous rendre à la gare de Villefranche, "les gares" de Villefranche, ce sont la gare PLM, la gare des Chemins de fer de Beaujoulais, donc la gare terminus de "notre" ligne et la ligne venant de Monsols et Beaujeu, et aussi gare terminus de la ligne de raccordement Jassans - Port Franc - Villefranche des Tramways d'Ain.
Le terminus était située sur la place devant la gare PLM. Le terrain des quatre pistes pour la circulation individuelle d'aujourd'hui hébergeait à l'époque les rails de la voie métrique.

bernhard p lang a gmx p ch
Last modified: 0000-00-00 00:00:00